DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

Le retour de l’Europe de La Défense


12/12/2018
Logo de l'ADLE

Si l’Europe de la défense s'est vue freinée 1954 par l’Assemblée nationale, elle repart aujourd’hui avec le vote du Parlement européen pour le Fonds européen de défense (337 pour, 178 contre, 109 abstentions).

La délégation française de l’Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE) rappelle l’importance de ce fonds pour assurer notre autonomie industrielle dans le domaine de la défense dans un contexte mondial de plus en plus imprévisible.

Il s’agit donc de 11.4 milliards d’euros en prix constants pour la période 2021-2027 destinés à soutenir des projets de recherche et de développement innovants entre États membres en vue de contribuer à la prochaine génération de capacités critiques de défense. Cela correspond à 1.6 milliards d’euros par an, une somme considérable pour un début. À titre d’exemple, en 2010 la France avait investi 3.5 milliards d’euros dans la R&D de défense, l’Allemagne 1.4 milliards, l’Espagne 162 millions et la Suède 107 millions. 

En renforçant la coopération industrielle de défense, ce Fonds européen permettra d’éviter les doublons en matière de recherche et de développement, de réduire les coûts tout en réalisant des économies d’échelle conséquentes au niveau européen.  

Par ailleurs, nous nous réjouissons que le Parlement se soit prononcé en faveur de la mise en place d’un examen garantissant le respect des normes éthiques, condition sine qua none pour qu’un projet puisse bénéficier du Fonds. 

Pour Dominique Riquet, rapporteur fictif pour l’ADLE sur ce texte : « Ce fonds est, il faut le souligner, un fonds communautaire. Pour cette raison, la question de la gouvernance du Fonds en gestion directe est centrale. À ce titre, il sera indispensable de trouver un point d’équilibre avec les États membres, pour s’assurer que ce Fonds puisse apporter une vraie valeur européenne ajoutée. Cette question définira probablement si le Fonds européen de défense sera le pilier d’une nouvelle politique européenne de défense, ou un simple outil supplémentaire ».