DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

INDÉPENDANCE DES STATISTIQUES : CELUI QUI DIT LA VÉRITÉ NE DOIT PAS ÊTRE EXÉCUTÉ


14/11/2018
Logo de l'ADLE

À l’initiative du groupe ADLE, et en particulier de Jean Arthuis et Thierry Cornillet, un débat sur l'indépendance des autorités statistiques européennes et plus précisément sur le cas d'Andreas Georgiou, ancien Président de l'autorité grecque des statistiques (ELSTAT), a eu lieu ce mercredi 14 novembre 2018 après-midi en séance plénière du Parlement européen.  

Le débat d’aujourd’hui n’avait aucunement pour objet d’accabler la Grèce ou les citoyens grecs. Thierry Cornillet insiste : « Le Parlement européen est attaché à l’indépendance de la justice et à l’indépendance des autorités statistiques. Mais dans le cas d’Andreas Georgiou, il s’agit d’un acharnement judiciaire dont les conséquences sont triples :

- pour Andreas Georgiou qui se trouve accusé depuis plusieurs années alors qu’il a fait son travail en respect des procédures européennes ;

- pour tout le travail d’analyse des faits que font ces autorités statistiques qui est de produire des chiffres indépendants sur lesquels se baseront les politiques publiques ;

- pour la construction de règles communes qui nécessitent la confiance entre partenaires. »  

« Il a dit la vérité, il doit être exécuté. » a chanté Guy Béart.  

« Telle n'est pas notre ligne de conduite! » a déclaré Jean Arthuis. « Le message de la délégation française de l'ADLE est limpide : nous soutenons pleinement Andreas Georgiou à la fois pour cette situation humainement difficile, mais également pour la défense d’institutions indépendantes utiles au travail des décideurs politiques. Enfin pour l’avenir de l’Union économique et monétaire, laquelle nécessite une confiance totale entre partenaires. »   Les États membres et la Commission européenne doivent réagir de manière plus ferme car les enjeux ne sont pas anodins.  

Contexte : Andreas Georgiou a été désigné, en août 2010, président de l’autorité grecque des statistiques (ELSTAT). Depuis 2011, il fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires en Grèce lui reprochant d’avoir gonflé artificiellement le déficit public, de ne pas avoir eu l’aval préalable de son conseil d’administration avant de transmettre les chiffres du déficit (ce qui est en conformité avec le Code européen de pratiques statistiques) ainsi que d’avoir diffamé son prédécesseur.