DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

ROUMANIE : L’INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE N’EST PAS NÉGOCIABLE !


13/11/2018
Logo de l'ADLE

Mardi 13 novembre, à Strasbourg, les députés européens ont voté en faveur d’une résolution (473 voix pour, 151 voix contre, 40 abstentions) sur la situation de l’État de droit en Roumanie. Alors que la Roumanie prendra la présidence tournante du Conseil de l'UE (représentant les États membres) en janvier prochain, les députés européens appellent le pays à respecter l’indépendance de la justice. Inquiet face à la réforme judiciaire en cours, le Parlement européen exhorte ainsi le pays à respecter les recommandations de la Commission de Venise et du Groupe d'États contre la corruption (le "GRECO" est un organe du Conseil de l’Europe) en la matière.

 

L’autre préoccupation au cœur des débats concerne les lacunes en matière de lutte contre la corruption. Sous couvert de l’adoption d’une stratégie nationale visant à prévenir ce phénomène, le gouvernement roumain paralyse la lutte contre la corruption et permet l'amnistie de certains délits. C'est une direction que ne peut accepter le Parlement, qui exige de Bucarest une mise en œuvre efficace et impartiale de leur stratégie. 

 

Nathalie Griesbeck, coordinatrice pour son groupe parlementaire (ADLE) au sein de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, prend acte avec satisfaction mais aussi gravité de la position exprimée par une large majorité des députés européens : « Nous mettons aujourd’hui sur la table deux problèmes majeurs. Le premier est l’indépendance de la justice, socle fondamental de toute démocratie et du respect de l’État de droit. Le second est la corruption, qui compromet la bonne gouvernance d’un pays. Le vote du Parlement européen appelle la Roumanie à choisir la bonne voie, celle qui respecte les citoyens et les valeurs démocratiques de l’Europe ».